JEANNETTE DE NAZARETH – La simplicité qui nous conduit à la source

Marie-Léontine Tsibinda Bilombo

JEANNETTE DE NAZARETH – La simplicité qui nous conduit à la source

Son nom est Jeannette de Nazareth. Elle chante en français, anglais, arabe et hébreu. Elle danse avec des voiles aux couleurs de l’arc-en-ciel partout où elle se trouve. Son but est de répandre la joie et la paix sur toute la terre dans le cœur de l’humanité et dans toute sa diversité. Elle investit tous ses talents et dons acquis du ciel gratuitement pour le bien de tous. Elle peint, dessine, calligraphie, écrit des poèmes, de la prose, de la musique et des chansons sans oublier les pièces de théâtre. La vidéo l’intéresse aussi. Elle veut la promotion de la foi chrétienne sur terre. Tout est fait dans l’absolue simplicité et la pauvreté. Ses fans viennent de toutes les classes sociales sans distinction de race, religion, couleur, âge, nation. Les enfants et le secteur non-privilégié sont les plus attirés par sa noble mission de paix inspirée du ciel en réponse à son choc émotif face à l’événement déplorable qui brise tout cœur et qui a arraché la vie de près de 5,000 victimes durant la journée inoubliable du 11 septembre 2001. La musique qu’elle chante en ses multiples couleurs est une langue internationale que tout cœur comprend.

La musique pour vous est-elle une seconde respiration?

Oh non, absolument pas! Pour moi, il n’y a pas de vie sans musique car, elle est le souffle et l’absolue première respiration de ma vie dès ma conception dans les entrailles de ma mère. C’est elle qui fait palpiter mon cœur uni à l’amour du ciel et mon âme qui languit jour et nuit pour mon créateur. Sans elle, je tombe à terre littéralement, je meurs! Oui, je m’éteindrai et je serai partie bien au-delà de cette terre de misère…

Comment est-elle née en vous ?

La musique est née en moi par la foi, le souffle de Dieu de l’amour inconditionnel céleste de mon créateur, mon Seigneur et mon Dieu il y a bien longtemps; des âges et des siècles avant que je sois conçue dans les entrailles de ma mère terrestre numéro neuf dans la famille.

La musique a-t-elle une histoire racontée dans votre famille ?

Oui, absolument; or, au niveau amateur d’un angle direct dans ma famille, victime de la misère et la pauvreté et l’autre angle indirect qui est dans la parenté de classe sociale moyenne dont la musique était introduite au niveau presque professionnel pour quelques personnes et d’autres études de musique jusqu’au doctorat; c’est le cas de Cécile ma cousine, fille de mon cousin Joseph que j’aime bien.

Votre père jouait-il d’un instrument ?

Papa ! un amateur qui jouait bien de l’accordéon dans le cercle familial, parental et amical. Lors de ma dernière visite dans ma ville natale, Nazareth, j’ai demandé à mon papa s’il pouvait me laisser son accordéon comme héritage; il m’a répondu qu’il a tellement joué de cet instrument au long des années qu’il est en train de tomber en morceaux. Et cela était vrai; car, il m’a montré les déchirures de cet accordéon qui racontait les histoires de joie et de tristesse durant sa vie.

 Et votre maman ?

Maman, apparemment jouait assez bien du piano d’après mon cousin Joseph. Personnellement, je ne l’ai jamais vue jouer car j’étais souvent pensionnaire dans des couvents. Puisqu’on n’avait pas les moyens d’acheter un piano; Maman allait fréquemment chez la famille de mon cousin pour pratiquer. Ma sœur aînée jouait de la flute et de l’accordéon; et si je ne me trompe pas, elle les enseignait à l’école, aux élèves. J’ai une autre sœur, Geneviève qui jouait de la guitare; elle partageait ses talents avec les jeunes de scout. De manière instinctive, j’ai fait l’expérience des piano et clavier électroniques, de la guitare classique, électrique moins, l’accordéon diatonique et piano de120 clés. J’ai vendu l’un à cause du grand poids qui surpassait mes capacités physiques avec mon avancement d’âge et l’autre diatonique est rangé dans mon placard. J’ai essayé plusieurs autres instruments comme l’harmonica, la flûte à piano, la flûte de Pan; j’ai rencontré des difficultés dans la respiration. Je jouais à l’oreille, en ligne directe du cœur et de l’esprit en moi. Je suis la plus amatrice parmi les membres de ma famille avec tous ces instruments musicaux; néanmoins, par la grâce de Dieu, il a produit des merveilles que malgré la simplicité, mes chansons ont atteint le monde sans frontière pour propager la joie et la paix.

Et les autres parents?

La seule famille qui a su renforcer les racines et engraver des traces musicales permanentes en moi était la famille de mon cousin proche, Joseph, que j’aimais bien. Son papa était accordéoniste. Les deux ont appris la musique à l’oreille. Joseph est allé assez loin exploiter la musique avec les années. Il jouait pas mal des morceaux et il a composé 25 chansons majoritairement dédiées à l’Église. Il était le chef de la chorale de la Basilique de l’Annonciation à Nazareth. Aussi, il était chef d’un orchestre communautaire. Il a eu cinq enfants à qui un prof professionnel donnait des cours musique classique et de chansons populaires. Que des fois lors de mes visites régulières ou dû à mes échappements de ma demeure de misère; j’observais ses enfants talentueux, mignons jouer du piano! J’étais touchée jusqu’aux larmes : joie et tristesse se mélangeaient. Joie de les admirer et les entendre jouer des mélodies que j’aimais et tristesse de ne pas pouvoir apprendre la musique. C’était dur sur le moral; mais cette souffrance a fait ruisseler des flots de larmes, assez pour faire germer la première semence de musique et d’amour que Dieu a semé en moi. De ce point-là, je pourrais remplir des centaines de pages pour authentiquement raconter mon histoire de musique et son émancipation en moi tout au long de ces années.

Quel genre de musique chantez-vous?

Je chante mes propres compositions, des musiques et paroles surgies du fond de mon cœur pour raconter mon histoire de joie et de tristesse, de pauvreté, de guerre, de souffrance d’abus de toutes sortes, de louanges et de mélancolie, une musique tantôt orientale, tantôt occidentale. À d’autres moments, elle raconte l’expression de joie et de la liberté de l’âme et du cœur palpitant qui loue mon créateur et mon libérateur. Oui, j’ai vécu la joie dans le Seigneur, mon Roi et mon Sauveur dès la crèche jusqu’à ma graduation au secondaire durant mes années de pensionnat à Nazareth, à Haïfa, et à Jérusalem. Il y avait une petite interruption où je me suis trouvée confinée dans une école publique loin de la foi chrétienne, à Nazareth de la 4e en 6e année. C’était une période que j’aimais moins; néanmoins, je n’avais pas le choix que de vivre sur cette maison de misère située sur une haute colline dans ma ville natale à Nazareth en terre sainte. Ah que je détestais vivre à la maison loin de mon Seigneur et mon Dieu. Non! En fait, quelles que soient les conditions, au fond de mon cœur tourmenté par le feu de l’enfer, j’étais amplement liée en direct à la foi chrétienne. Souvent, du toit de ma maison, je projetais à distance mes regards nostalgiques vers l’endroit le plus sacré : la basilique de l’Annonciation pour apaiser mon âme mélancolique.

Des chansons de vos débuts qui ont marqué votre public?

Deux chansons parmi les 26 premières qui ont été remarquées, aimées, et bien applaudies : L’Enfant Perdu qui est à la recherche de ma vraie identité et qui devient l’enfant prodigue et la deuxième, un appel au secours à la sainte vierge Marie. Malgré la banalité des paroles, sa douce musique fait fondre le cœur des grands et des petits. Après la naissance d’UMA (Un message amical) de paix en septembre 2001, j’ai composé une dizaine de chansons nouvelles dont trois sont devenues populaires : La marche de paix, La chanson de paix, et Illusion d’Enfance/Prudence, mon Enfant. La première est une démarche dans la persévérance suggérée pour acquérir la paix et la deuxième est la déclaration officielle de la victoire de Jésus de Nazareth sur la croix.

Que représente donc la paix pour vous ?

La paix pour moi, c’est la réconciliation avec notre créateur, le Dieu d’amour et de miséricorde; c’est ainsi que la joie s’installe dans le cœur et nous aide à trouver notre vraie identité et liberté!

Votre musique véhicule-t-elle un message particulier ?

Oui, définitivement, sinon, il n’y aura pas de but de chanter ni de danser pour la paix. Chaque fois que je chantais une chanson, j’avais toujours une introduction avant de commencer à chanter. Car, je ne chante pas pour amuser les gens et faire stimuler les cinq sens. Il y a de toutes les couleurs : du bon comme du mauvais goût dont l’un stimule et élève et l’autre nous éloigne de Dieu. Il y a des chansons qui ne méritent point d’éloge ni même d’être appelées chanson si tout ce qu’ils font c’est de parler avec un arrière-plan de musique. Souvent le message principal à travers mes compositions sont des démarches pour atteindre la foi, notre vraie identité et liberté, la joie, et la paix dans le Seigneur Jésus-Christ.

Vous sentez-vous investie d’une mission?

Je me place au rang des missionnaires du passé et du présent : les prophètes de l’Ancien Testament, les apôtres, les disciples de Jésus. Lorsque je chante, je me vois comme l’Évangéliste St-Jean Baptiste qui criait dans le désert pour ramener les enfants perdus au Père céleste, notre source d’amour inconditionnel et infini. Dieu les marquer comme ses enfants par le saint sacrement du baptême d’eau et du Saint-Esprit. Et lorsque je danse, je suis unie à l’esprit et l’âme du roi David qui dansait et louait dans le temple de Dieu face à l’arche de l’alliance. Loué soit notre Seigneur et notre Dieu, son saint nom est Jésus-Christ, Roi des rois, Sauveur du monde entier!

Comment faites-vous la promotion de UMA?

Un message amical (en sigle UMA) de paix se répand via entrevues à la radio universitaire CHUO 89.1 FM, télé communautaire Vidéotron, Le Droit, CHIN Radio, spectacle de paix que j’ai donné un peu partout dans la région jusqu’en Europe, hospitalité dans ma demeure, invitée par des églises de toute dénomination et invitations par des organismes à but non-lucratif qui œuvrent pour l’humanité et la paix, par la distribution gratuite des documents, des copies de livret, CD, et cassettes de mes compositions avec les messages de paix désignés pour chaque chanson. La marche de paix (que je propose) dans l’amour de Dieu et la foi en Dieu n’a point de limite. Elle traverse avec une grande puissance céleste toutes les barrières et les frontières. C’est le chemin de croix rocailleux et tortueux rempli d’épines qui nous fait trébucher; néanmoins, nous demeurons persévérants et confiants dans la foi en suivant les traces des pas de Jésus de Nazareth malgré les menaces et la persécution de l’ennemi jusqu’à l’arrivée à Golgotha en vivant dans l’espérance, par la grâce de Dieu, un jour nous gagnerons le ciel. On chantera avec Cohen sa belle chanson Alleluia! Amen!

Qui compose vos textes et quels sont les thèmes qui vous sont chers?

Je compose mes mélodies et chansons, (une quarantaine) inspirées par le ciel ! Elles peuvent quasiment être classées comme des brouillons faits dans l’absolue simplicité et des fois même se glissent des erreurs linguistiques et je continue ! Tout ça pour encourager les timides qui manquent de confiance et toute autre personne et les inciter à découvrir les dons et talents en eux semés par le ciel dans leur cœur. Je dis à tous ceux qui je rencontre : Dieu donne des dons variés et gratuits selon leur capacité et s’il voit que la personne ne fait rien; il peut décider de les reprendre comme il veut et quand ça le tente. Quelques chansons ont été corrigées, révisées et arrangées par Cécile la fille de mon cousin Joseph. J’ai eu la grande joie de les écouter chanter par la chorale de la Basilique de l’Annonciation, dans ma ville natale, il y a quelques années.

Quels sont vos thèmes préférés?

Je touche à la foi, à la grande valeur et l’amour dans la famille surtout l’amour maternel. Je chante aussi la pauvreté, la solidarité, l’âme et le cœur. Je médite sur la passion de Jésus, l’humanité, la compassion des plus fragiles. J’aime exalter la gratitude, l’action de grâces, le combat psychologique, les enfants, la prière, la nature, la liberté, la découverte des talents. Quelques chansons parlent de la séduction, de l’orgueil, de l’enfant perdu qui devient l’enfant prodigue. Je crie victoire sur l’orgueil, la timidité, la peur du ridicule. Je n’oublie pas de chanter les noces, la course vers l’humanité, la louange, la fraternité, l’appel au secours, la nostalgie de la patrie, la joie, la paix du ciel sur la terre !

Quelle est la place de l’enfant dans votre création musicale?

L’enfant dans UMA -Un message amical- de paix est le centre de mon projet. Je peux dire qu’il y a deux lignes qui sont parallèles : tantôt c’est l’enfant perdu noyé dans la souffrance atroce et tourmenté qui est à la recherche de l’ultime vérité et tantôt on voit l’enfant prodigue qui prie et évangélise et de joie d’avoir retrouvé son créateur et s’est réconcilié; il répand la joie et la paix du ciel sur la terre. Oui, l’enfant est le centre et l’essence de toute la création d’UMA de paix. On voit cet enfant misérable qui s’évade du monde du bruit et est tanné des fausses promesses qui lui a été proposées. Tantôt, il rôde et crie dans le désert pour annoncer à tous ceux qui sont dans son chemin de suivre les traces de Saint Jean-Baptiste qui les conduit à Jésus de Nazareth, Fils du Dieu vivant pour trouver la joie et la paix et regagner leur vraie identité et la vraie authentique liberté. La fausse liberté est celle des forces du mal qui séduisent via les plaisirs charnels et font trébucher les plus fragiles dans l’ignorance pour gagner leurs âmes et les rendre captifs comme une proie pour les tourmenter. Non, on ne peut pas penser à Jeannette de Nazareth sans penser à L’enfant Perdu qui souffre; mais au bout du chemin, il est conduit par la lumière et se retrouve en son créateur. J’ai l’âge que j’ai mais mon esprit se repose dans la joie et la paix de Dieu durant mon enfance en terre sainte avant que ma pureté fût arrachée de moi par un membre de ma parenté, père d’enfant, décédé il y a quelques années. Non je ne pourrais jamais oublier ce jour de mon anniversaire, habillée en blanc et rose. C’est le grand jour de catastrophe inoubliable; une croix que je porte dès mon enfance jusqu’à ma mort. Et je suis plus que certaine que bien des victimes sont tombées depuis des siècles dans ma situation. Le pardon est fait péniblement; mais, la cicatrice demeure à jamais. Si, j’ai à blâmer aujourd’hui, ce n’est pas mon cousin K. mais plutôt les mauvais esprits qu’ils l’avaient tentés; ainsi, le péché mortel a été commis pour arracher ma puberté.

La chanson « Alléluia » de Cohen demeure jusqu’à date un hymne dont la profondeur ne change pas : vous inspire-t-il ?

Alors, là vous semblez attraper un poisson qui est pris méchamment dans le filet et a fini par perdre sa liberté… C’est l’oiseau captif dans une cage avec les ailes brisées qui a à son tour perdu lui également sa liberté… D’abord, pour répondre à ta question, Cohen qui veut dire Prêtre/Rabbi, avec tout respect à lui conféré, je ne connaissais point. Or, j’ai entendu plusieurs fois sa composition en deux langues par des chanteurs et des amateurs en promotion pour la paix et l’unité. Je crois très fortement que les paroles étaient inspirées du ciel; car, Dieu parle à travers sa noble création : l’humanité. Sa belle chanson est une invitation à faire le chemin à la recherche de la vérité, de briser les frontières de haine et de discrimination dans la marche solidaire pour acquérir la paix du créateur du ciel et de la terre. Nous chantons Alléluia en louant le Seigneur et Hevenou, Shalom, Alechem !  Ainsi, l’amour de Dieu est atteint dans la foi en lui. La chanson dans la simplicité des paroles a la capacité de guérir l’esprit, l’âme (La guérison de l’âme : titre d’une de mes chansons), le corps en sa note majeure du refrain et guérir les cœurs et les ailes brisés au plus bas des notes mineures qui empêchent bien des personnes captives sans foi en Dieu d’atteindre la vraie liberté, car il existe aussi la fausse liberté promise par les esprits du mal. Je comprends indirectement que la joie et la paix ne s’atteignent point par le grand nombre des paroles sophistiquées; mais plutôt, dans la simplicité qui nous conduit à la source de l’amour, la joie, et la paix.

Que pensez-vous de la musique dans la rue?

C’est la meilleure méthode et approche influençable capable de toucher en ligne directe le cœur du public. C’est original, c’est banal, et ça perce les cœurs des grands et des petits, des riches comme les pauvres, des heureux comme des malheureux. C’est une manière et méthode rapide pour passer une publicité, une annonce, ou passer un message quelconque au public en direct. Or, il faut savoir que la musique a toute ses couleurs; il y a du bon comme il y a du mauvais sans style, absolument vide. Il y a du monde qui ne sera pas d’accord avec moi. Je dis que si la musique vient du cœur dérivé du ciel, elle a le grand pouvoir de toucher, en profondeur, les cœurs de tous les passants. Or, si elle dérive d’une inspiration des mauvais esprits et passe des messages corrompus polluant l’âme et l’esprit; cela devient néfaste à tous ceux qui l’entendent. Tout dépend de la source d’inspiration, de l’esprit de l’interprète de la musique ou de la chanson. Il faut l’admettre qu’on vit dans un combat constant sur terre, les forces du mal contre le bien et vice-versa. Donc, je reviens à dire qu’il y a du bon et du mauvais; mais, il y a des gens qui sont naïfs et victimes d’ignorance. Du manque de foi en Dieu, créateur du ciel et de la terre; malheureusement, ils n’ont pas le don de discernement du Saint-Esprit afin de pouvoir distinguer entre ce qui est bon et ce qui ne l’est pas. Pour eux, au nom de la fausse liberté, tout passe et cela est absolument acceptable.

Des projets?

Honnêtement, je ne sais pas; car, je suis toujours à l’écoute de Dieu et des inspirations du Saint-Esprit. Je suis sur ‘stand-by’. J’attends qu’il me parle par le chant des oiseaux, le bêlement des moutons, le sifflement du  vent, le rayonnement du lever et coucher du soleil, le bruissement des géantes vagues de l’océan, dans les étincelles du soleil reflétées sur la mer et les rivières qui me sourient et me font éclater de rire, par les caresses de la brise, par la danse de la valse des arbres et fleurs, par les torrents de pluie, par les tonnerres et les éclairs qui avertisse et alarme la terre, par la danse des boréales qui fascine ses spectateurs, par les volcans et les tsunamis qui ravagent des villes entières, par la sécheresse de la terre et l’arrêt d’écoulement des ruisseaux, par le soulèvement des géantes vagues qui se révoltent contre l’égoïsme de l’homme et la pollution, et l’évasion des poissons troublés dans leur environnement, et tout signe venant du ciel pour venir secourir la terre par son amour et sa miséricorde infinis.

Donc tout est inspiration divine pour vous ?

Voilà, dès qu’il a quelque chose pour moi, Dieu passe et me fait un clin d’œil pour m’avertir par un signe quelconque pour me dire ce qu’il y a à accomplir; ainsi, j’obéis et je suis ses directives et consignes. Or, si, rien ne se passe, je demeure dans les prières, la méditation dans le silence. Je vais au jour le jour et je prends un jour à la fois sans regarder en arrière et projeter mes regards pour demain. Comme Jésus nous l’a dit : à chaque jour suffit sa peine. Il faut donner tout et investir dans le ciel pour la bonne récolte de demain. Ainsi, si Dieu vient réclamer mon âme aujourd’hui, je serai prête de l’accompagner là où il m’amènera. Dieu seul le sait quand mon heure arrivera ! Quant à moi, je n’ai qu’à le suivre. Dieu a confié de beaux projets de bonheur, de joie et de paix à chaque personne sans exception qui passe sur terre. Or, il y a ceux qui les découvrent par la foi et réussissent à les accomplir pour le bien de leur famille, parenté, communauté et Église et au-delà des frontières; et d’autres, qui malheureusement, par manque de connaissance, meurent sans les découvrir. Dieu ne demande pas des choses compliquées; mais plutôt, tout dérive de son Esprit dans sa divine volonté qui se dirige au fond du cœur de sa noble création sans exception appelée l’humanité ou enfants de Dieu par le baptême du Saint-Esprit. Pour le moment, pour moi, je produis des vidéos et je les livre accompagnés par un message de paix au monde entier.

Oui, je suis en attente à son ordre afin que je l’applique dans sa divine volonté. En général, je ne sais ce qui est réservé pour moi demain. En attendant, je chante la paix dans mon cœur et je m’envole avec mes voiles dans le ciel pour annoncer à travers les couleurs de l’arc-en-ciel la joie et la paix de Dieu d’amour et de miséricorde.

Quels conseils pour le Monde en ces temps troubles ?

Voici les principes d’UMA de paix : Dieu le Père Tout-Puissant, créateur du ciel et de la terre, amour au-dessus de tout amour terrestre, doit absolument être aimé au-dessus et avant tout. Il doit être placé dans notre cœur et notre vie en premier rang au-dessus de toute personne et choses sur terre. Deuxième rang, vient pour sa noble création : l’humanité créée par lui avec tant d’amour. Enfin en troisième rang, vient le matérialisme et toute chose éphémère moyens de survie et plaisir. Et ce dernier y inclus l’argent et richesse matérielle doit être utilisée pour des buts ultimes et nobles pour toujours élever Dieu et l’humanité et jamais pour les rabaisser. Je suis là pour vous aider dans votre marche de paix pour traverser victorieusement le pont qui vous ramène à la vie remplie d’amour, de joie, de liberté absolue, et l’infinie sécurité, et la paix dans la foi en Jésus de Nazareth.

D’où proviennent donc votre joie et votre paix ?

La joie et la paix sont atteintes par l’obéissance à la divine volonté. Il faut se méfier de notre volonté humaine; car souvent, elle nous induit et nous conduit à l’erreur par le pouvoir de l’égoïsme et du matérialisme. Suivons la sainte loi que Jésus-Christ nous a donnée : aimez Dieu, le créateur du ciel et de la terre de tout cœur et aimons nos prochains comme nous-mêmes. Non, cela n’est pas toujours facile; mais, en Dieu par sa grâce et son assistance, tout est possible.

Que représente donc Dieu pour vous ?

Un rappel que Dieu est un Dieu d’amour et de justice. Il a donné des dons et des talents à chacun de nous pour le louer, lui rendre grâces et gloire pour tous les dons, grâces, et talents qu’il nous a donnés.  Alors, chers sœurs et frères en Jésus-Christ, allons les découvrir et ensuite les partager avec notre famille, amis, et parenté, et au-delà pour rendre gloire à Dieu et le remercier pour toutes les bénédictions versées sur terre et dans le cœur de l’humanité entière dans sa diversité. Ensuite, partageons-les là où on se trouve pour élever le cœur de tous ceux qui nous entourent. Je dis et je le redis que si Jeannette de Nazareth est capable de faire le peu mais toucher le cœur des milliers; vous aussi vous serez capables par la grâce de Dieu faire mille fois plus. Alors, toujours de l’avant et sans aucun recul dans l’esprit solidaire pour le bien de tous en promotion de la paix du ciel sur la terre.

Personnellement, je reconnais que je ne suis rien sans Dieu; mais, avec lui et en lui, par sa grâce céleste dans l’obéissance à sa volonté, je peux absolument tout. Demeurons humbles en lui et restons loin de tout ce qui gonfle notre âme et esprit par l’esprit d’orgueil; car, ce dernier est la cause de tout mal qui se passe sur terre aujourd’hui. Cela ne vient pas de Dieu mais des mauvais esprits qui rôdent sur toute la terre pour hanter des âmes et les amener à la souffrance éternelle. Donc, soyons vigilants et vivons dans la prudence et les dons du Saint-Esprit pour combattre tout mal que l’on rencontre dans la vie quotidienne.

Vous vous qualifiez d’artiste pour  la paix ?

Je me considère plutôt d’abord et avant tout, l’enfant de Dieu en ma foi chrétienne étant nazaréenne et une parmi des centaines des mille tout comme toi, une artisane de paix du ciel qui danse et chante pour le Roi de la paix et mon âme s’envole comme un oiseau en liberté pour louer et chanter Dieu de l’univers, créateur du ciel et de la terre et en Jésus-Christ, le verbe tout a été créé et accompli pour la rédemption de l’humanité entière depuis Adam et Ève. Je remercie Dieu pour notre amitié d’une durée de vingtaine années qui nous a permis un jour de nous rencontrer et produire pour lui et toute la terre des grandes merveilles unies avec tous les ambassadeurs de paix, en acceptant et en respectant nos différences qui nous séparent mais concentrer plutôt sur la foi en Jésus de Nazareth qui nous unit à jamais en son Esprit habité en chacune de nous. Vive la foi chrétienne et vive tous ceux qui croient en lui qui seront libérés du péché à qui le royaume du ciel leur sera réservé pour vivre avec Jésus de Nazareth, notre Roi et notre Sauveur! Fiat! Amen! Alléluia!

Un dernier mot?

J’aimerais passer Un Message Amical de Paix au Monde Entier en cette Année 2020 face à la situation critique de la crise actuelle. Cette pandémie de guerre biologique a ses bienfaits et ses mauvaises conséquences. Le bon côté de cela, c’est une occasion d’arrêter la course après le matérialisme et l’argent. Prenons le temps pour nous tourner vers nos familles, la parenté, et tous ceux qui sont dans le besoin où le moral, le physique, ou la foi est faible. Oui, tendons la main là où c’est possible, au secteur non-privilégié de la société. Si l’on peut tendre la main et donner ce que l’on peut aux pauvres; un sourire ou un mot d’encouragement vaut tout. Tournons-nous envers ceux qui nous ont fait mal et pardonnons-leur; car, à leur tour, ils finiront par nous pardonner nos offenses envers eux. Vivons avec la bonne conscience et vivons comme si demain pour nous ne serait pas là… Remettons notre confiance totale en Jésus et invitons-le d’agir et être uni en tout ce que l’on fait chaque jour pour demeurer unis avec lui en son amour, source de guérison pour l’âme, le corps et l’esprit. Ainsi, nous serons forts dans les combats quotidiens face aux forces du mal visibles et invisibles qui nous entourent et visent à nous écraser le moral dans la peur et l’insécurité et finir par nous détruire. Restons éveillés dans les combats pour remporter de grandes victoires dans notre vie par la grâce du ciel.

Propos recueillis par Marie-Léontine Tsibinda Bilombo