Almen Gibirila : Une créatrice de mode passionnée

Marie-Léontine Tsibinda Bilombo

Almen Gibirila : Une créatrice de mode passionnée

Almen Gibirila : Une créatrice de mode passionnée

Almen Gibirila est une créatrice de mode -beauté-déco-design- internationale d’origine afro-asiatique. Elle fréquente l’école supérieure des beaux-arts de Bordeaux et Paris et obtient une maîtrise d’art plastique et se tourne vers la création de mode. Elle vit entre Paris et Ouagadougou.

Sa passion, sa soif et son besoin d’indépendance elle les désire dès ses premiers contrats de travail avec divers couturiers de France. Elle va alors mettre rapidement sur pied une collection qui lui ressemble et qui révèle assez vite une touche particulière. Le succès est foudroyant : public et médias apprécient son style remarquable par son originalité et son confort qui comble toutes les femmes.

Professionnelle, Almen Gibirila travaille d’arrache pied. Très perfectionniste, elle ne laisse aucune place au hasard : chorégraphie, sons, lumières, choix des mannequins, maquillages, accessoires et coiffures doivent être bouclés à l’avance ! Elle n’a pas de sponsors et gère son centre avec rigueur et ténacité pour mener de front et concilier sa vie de femme et ses occupations professionnelles.

Ce travail de création porte ses fruits et elle est régulièrement invitée à produire des défilés, à donner des conférences, à animer des ateliers, à diriger des formations dans le monde tout frais payés par les structures qui l’invitent. Elle apprend aussi aux jeunes passionnés de mode que seul le travail paye et regrette que les pays africains ne s’investissent pas plus dans la formation des technologies de la mode car beaucoup de jeunes sont friands de cette discipline.

Le goût de la création lui vient de sa défunte mère qui était très douée : elle savait tout faire avec une créativité et une facilité incroyable. Un génie !

Dans la création, il n’y pas de place à la frime et la médiocrité : elle démontre aux jeunes qu’il faut s’impliquer dans ce domaine uniquement si on n’a des dispositions, des connaissances, de l’instruction et le sens du sacrifice, de la longévité et de la patience.

Le retour en Afrique n’a pas été facile, mais elle a affronté des déboires et tenu ferme pour avancer.

Elle admire les femmes battantes, engagées intellectuellement, politiquement  et socialement. Malgré de nombreuses épreuves, Almen Gibirila apprécie sa vie de femme indépendante, financièrement autonome qui va au bout de ses convictions et projets. Elle est libre de choisir ses directions, d’imposer ses choix et ses désirs sans influence aucune, d’affronter les hommes et les femmes sans complexe et avec beaucoup de modestie et d’humilité. Elle s’entoure de toutes sortes de personnes courageuses, ambitieuses, travailleuses, franches, honnêtes et sans addictions à l’alcool, la drogue… L’important c’est d’essayer d’être utile dans sa vie et de laisser une trace de son passage sur terre et de transmettre aux jeunes du monde un savoir-faire sans faille.

Elle affirme que le mannequinat est une réelle profession et invite les jeunes filles de Paris et d’Ouagadougou âgées entre 14 et 24 ans mesurant obligatoirement entre 1 m 74 et 1 m 81 à se faire connaître via son adresse mail. Elle les veut élancées avec de longues jambes, une belle carrure, un long cou et une petite poitrine, prêtes à affronter le mannequinat de façon internationale.

Le centre de Ouagadougou devenu prospère ouvre ses portes à tous ceux qui veulent recevoir un encadrement nécessaire à leur évolution dans les domaines qui sont les leurs : création, vidéo, graphisme, coiffure, mannequinat…

Almen Gibirila ne s’arrête pas qu’à la mode, elle a choisi aussi d’œuvrer dans la vie associative et dans Etikepatok, elle aide les Albinos à mieux vivre.

Contacts: almengibirila@free.fr / gibirilaalmen@gmail.com  www.agibirila.com / www.agibirila-design.book.fr

2 réponses

  1. Zola dit :

    Merci pour cet article inspirant!

Les commentaires sont fermés.