Notes de lecture – « Ensemble, construire l’interculturel »

Marie-Léontine Tsibinda Bilombo

Notes de lecture – « Ensemble, construire l’interculturel »

S’accepter, s’aimer, s’ouvrir et avancer

La culture, disait Édouard Herriot, c’est ce qui nous reste quand on a tout oublié. L’interculturel quant à lui demeure cette plongée relationnelle, sans cesse renouvelée, vivante, dans l’espace époustouflant de la culture ou plutôt des cultures du monde. Et le monde des cultures regorge de coutumes, de prodigieuses manifestations intellectuelles, artistiques, religieuses au sein des civilisations. Ainsi, en plongeant dans l’ouvrage collectif « Ensemble, construire l’interculturel », dirigé par la  Pr Albertine Tshibilondi Ngoyi, du CEAF & RI, (Paris, L’Harmattan, 2019 ), nous constatons que l’interculturel ne peut se construire par un groupe isolé ou par un groupe unisexe. La construction de l’interculturel est non seulement une affaire de femmes, en l’occurrence celles de l’Afrique, mais elle vise également les autres dans le monde. Et comme le dit si bien Tchicaya U Tam’si le poète :

 Un jour il faudra se prendre

Marcher haut les vents

Comme les feuilles des arbres

Pour un fumier pour un feu…

Oui, marcher haut les vents à travers temps, fleuves et mers pour un monde apaisé et où les moutures du silence seront enfin fracassées. Alors s’allume le feu, feu inextinguible :

feu de femme,

feu d’épouse,

feu de mère,

feu de courage,

feu de résilience,

feu d’endurance,

feu d’écoute,

feu de liberté,

feu d’unité,

feu de solidarité,

feu de paix,

feu de parole,

feu d’amitié,

feu de valorisation de soi : Kasàlà !

S’accepter, s’aimer, s’ouvrir

et avancer la tête haute,

vers l’autre,

avec l’autre, ensemble !

La femme debout…

La femme, debout, fait face à ses lendemains pour un futur,

un combat,

une victoire certaine

Faite d’os et de chair,

la femme tel un roc,

revêtue de dignité, se ceint de force,

prête pour le bon combat :

grandir,

réussir,

tenir ferme,

apprendre,

se frotter au contact des autres

dans une association de mains d’entraide

car les autres sont le morceau du puzzle nécessaire

pour accomplir l’ascension laborieuse

et fabuleuse du chemin tout tracé pour la vie.

Marie-Léontine Tsibinda Bilombo

Article publié le 08/03/2020 sur : http://www.ceafri.net/site/spip.php?article438, avec l’autorisation du CEAF&RI